Menu général


Le crime juif face au sommeil des Arabes et la complicité de l'ONU




Message posté le : 07-08-2006     par : Mohamed
Aujourd'hui, 26 jours depuis le début du terrorisme juif sur le Liban.
Déjà, plus de 1000 tués parmi les civils libanais, dont une majorité
d'enfants, de femmes et de vieillards, des victimes innocentes de la
barbarie juive soutenue par les 'défenseurs des droits de l'Homme'
occidentaux.


Que pensent les concepteurs de la commision d'enquête sur l'assassinat
de l'ex-premier ministre libanais Rafik Hariri et de la résolution
1559, de l'assassinat collectif de tout un peuple, perpétré par
l'armée juive sur ordre et bénédiction des grandes puissances?
Avez-vous le courage de condamner ce massacre collectif avec le 1/100
de la force de condamnation de l'assassinat de Rafik Hariri? Je pense
que le complot est dévoilé. La guerre actuelle était préparée de
longue date, peut-être comme disent certains depuis l'évacuation
forcée de l'armée juive du Sud-Liban en 2000, vaincue par les
valeureux combattants du Hizbollah.


Aujourd'hui, nous sommes en mesure de nous interroger sur à qui aurait
profité le crime de l'assassinat de Rafik Hariri. La succession des
événements ne laisse la place à aucun doute quant au motif et aux
commanditaires de ce crime odieux. L'assassinat de Hariri, la
commission d'enquête de l'ONU, la résolution 1559, l'évacuation des
soldats syriens des terres libanaises, la volonté de désarmer le
Hizbollah et finalement le crime sur un pays désert de tout moyen de
défense. Evidemment, toutes les lois internationales, les traités de
Genève et la notion des droits de l'Homme s'étaient rangés gentiement
dans les tiroirs de la légitimité internationale.


Quant aux pays arabes dont certains étaient complices du massacre par
leurs déclarations irresponsables, connaissent-ils une résurrection
après une mort certaine qui avait duré au moins 26 jours, depuis le
début du génocide libanais, voire des dizaines d'années la durée de
souffrance de leurs frères palestiniens qui avaient connus des
génocides répétés depuis la création de l'Etat illégitime sioniste en
1948.


Pourrions-nous nous armer d'un excès d'optimisme pour nous attendre,
contrairement à l'habitude, à des prises de position honorantes des
dirigeants Arabes réunis ce jour à Beyrouth, la capitale meurtrie d'un
pays réduit en ruine? De toute façon, les peuples Arabes n'en croient
plus et doivent peut-être réfléchir à d'autres alternatives pour
essuyer les humiliations répétées sur eux.
Copyright © MPE